Assemblée générale de l’AGECSA (Association de Gestion des Centres de Santé de Grenoble)

Ce mardi matin, l’AGECSA (Association de Gestion des Centres de Santé de Grenoble) tenait son Assemblée générale annuelle. Les 5 centres de santé de Grenoble jouent un rôle majeur en matière d’accès aux soins pour tous, quel que soit son niveau de revenu ou son statut. Cet accès aux soins est d’autant plus facilité que le centres de santé sont implantés dans des quartiers en situation de fragilité sur le plan économique et social (classés en politique de la ville) : Villeneuve Arlequin, Géants, Abbaye, Mistral, et Vieux-temple.

Avec plus de 19 000 bénéficiaires par an (19 513 patients en 2015/ file active en augmentation par rapport à 2014), les centres de santé proposent une médecine de premier recours, dans des secteurs où la médecine libérale ne s’est jamais installée ou a peu à peu déserté. Chaque centre de santé possède une équipe de médecins généralistes mais aussi des spécialistes (pédiatres, psychiatre…), une équipe d’infirmières sur 3 centres. Les centres dispensent aussi des activités paramédicales comme l’orthophonie ou la kinésithérapie. Les professionnels des centres de santé prodiguent aussi des bilans gérontologiques, interviennent dans les crèches et dans les services PMI pour assurer une surveillance sanitaire, ainsi que dans les lieux d’accueil parents enfants (La Marelle et les Ménestrels notamment). Ils participent aussi largement au programme de vaccination du département de l’Isère (2 985 vaccinations en 2015) faisant des quartiers sur lesquels ils sont situés des secteurs où la couverture vaccinale est la meilleure du territoire ! Enfin, de nombreuses actions de prévention et d’éducation à la santé sont menées sur le territoire  (ateliers petits-pots, interventions dans les collèges, travail sur le langage dès la petite enfance…). Au-delà de l’acte de soins, noyau dur de l’activité des centres de santé, les centres de santé sont un acteur majeur de la ville en matière de politiques sanitaires et sociales.

Il est bon de rappeler ces quelques éléments, dans un contexte où l’association a réussi à se stabiliser mais l’avenir reste incertain et laisse les professionnels de l’AGECSA dans l’incertitude du lendemain.  Car l’équilibre financier de l’association est toujours étroitement lié au niveau des subventions publiques perçues. Depuis leur création, sous les mandats Dubedout, les centres de santé survivent grâce à une volonté politique forte de voir perdurer cet outil essentiel dans l’accès au droit fondamental à la santé. Qu’en sera t-il demain ? la Ville de Grenoble diminue sa subvention de 6% par an à partir de 2016 et jusqu’en 2018 (40 000 euros par an), tandis que  la majorité politique du Département de l’Isère n’a donné aucun élément sur sa participation financière aux centres, si ce n’est qu’il ne financera plus le fonctionnement. Après avoir lourdement insisté aux côtés de l’association pour que celle-ci puisse enfin présenter son activité aux élus de la majorité départementale, espérons que la rencontre prévue avant l’été permettra de faire comprendre et réaliser le rôle essentiel de nos centres de santé.