Soutien à l’association l’Age d’Or et à ses « ateliers mémoire » !

L’association l’Age d’Or, créée en 2004 et située à Grenoble, initie les séniors à l’utilisation des nouvelles technologies (informatique et internet). Elle intervient au sein des centres sociaux et des Maisons des Habitants en organisant des ateliers à vocation sociale, grâce à des tarifs adaptés aux revenus des séniors, afin que les difficultés financières ne soient pas un frein à la compréhension des nouvelles technologies.

Lors de l’Assemblée Générale de l’association qui s’est tenue mardi 5 avril dernier et à laquelle j’assistais, la Présidente de l’association Florence HANFF a annoncé aux adhérents, suite à sa rencontre avec Madame Laura BONNEFOY, vice-Présidente du Conseil départemental de l’Isère en charge des personnes âgées, que le Département avait décidé de supprimer la subvention de 35 000 euros correspondante au financement des « ateliers mémoire ». Ces ateliers, qui se déroulent dans différentes communes du département permettent, à travers des jeux informatiques cognitifs, d’entretenir la mémoire des personnes âgées. Ces ateliers faisaient partie intégrante du volet « prévention de la perte d’autonomie » du projet Autonom@dom (projet s’appuyant sur les nouvelles technologies pour favoriser l’autonomie des personnes âgées initié par Gisèle PEREZ lorsqu’elle était vice-Présidente du Département en lien avec la Ministre Michèle DELAUNAY).

Cette information a suscité un réel émoi auprès des 200 personnes présentes à l’Assemblée générale qui n’ont pas compris les raisons d’un tel choix, dans la mesure où ces ateliers avaient démontré une réelle utilité auprès d’un public relevant pleinement de la compétence du Département. Cette décision, non concertée, est d’autant plus incompréhensible alors que le budget du Département est en hausse cette année.

J’ai soutenu la motion votée à l’unanimité par l’association lors de cette Assemblée générale et interpellé officiellement le Président du Conseil départemental. Espérons que cette décision soit rapidement reconsidérée, et qu’il s’agit d’une méconnaissance de ce dispositif par la majorité.